lundi

Chevrotine



Généalogie brûlée, les arbres se courbent. Certaines nuits, je pense à des arcs-en-ciel noirs.
Les regrets sont carnassiers, ils se nourrissent du néant. Des existences amputées
Et des douleurs fantômes qui habitent la gorge des hommes ratés.
Terre de cris
Mon larynx abrite le violon de tous les fils-de-pute.

Angora, le ciel de Toulouse caressait l'intérieur de mes veines.
De vastes étendues, engoncées dans les petits tubes, pulsaient une musique grise
Mélancolique, quand j'y pense...
j'avais vingt ans, sans doutes plus, le torse plein des sensations que l'on éprouve lors d'un accident
de voiture. Morsure ; avec le temps les parfums s'oxydent
Les souvenirs se défigurent et les hommes pauvres d'âme n'y traînent plus d'odeur. L'air qu'ils
déplacent
Semble tomber.

Cicatrice au tesson dans ces rêves où l'on pleure, la lumière orange des lampadaires marque la peau.
Il y a des nuits qui durent toujours.
Levé de lune sur ma vie, le béton défile, le dernier bus sent la sueur.
Crachat.
De l'amour pour les enfants de chiens ! À la chaîne sur les serviettes, la queue sale des hommes
massifs rentre le bruit et la syphilis dans le ventre des mamans.
Notre fils n'a pas de nom
Il est de ceux que l'on sifflent, de ces gosses fait par erreur dans la poussière des terrains vagues.
Amour bestial, perdu d'avance. Les corps-tampons enfantent des jouets. Des poupées à l'abandon,
un peu cassées, qu'on ne veut plus. Alors on part, je m'en souviens
Le soleil dans le dos
Le cœur comme un sac vide.

Des fois, je me demande s'il n'y aurait pas une place pour du plomb, dans ta tête.
12 mm, par exemple.
Tu ne mourrais qu'une fois.
D'autres, crèvent chaque jour parce qu'il leur manque ton amour, métal lourd dans la poitrine :
En partant, tu n'as laissée dans les miroirs qu'un petit corps seul et le souvenir d'une vieille gloire.

Si cette histoire avait une forme, je crois qu'elle ressemblerait à un bleu. Un hématome
Un dessin douloureux qui dans la chair porte un nom de couleur. ( ironique, non ? )

Impact sourd de l'os sur le visage d'un homme que l'on sait plus fort que soi.
Se rappeler l'adrénaline.
Parce qu'aujourd'hui plus rien n'existe que le gris du ciel, celui de la peau, partagée entre le ciment
et les grues. Structures dévastées. Toutes les teintes font mal. Et les bouts de bois plaqués aux
façades des immeubles neufs, n'y changent rien.
Toute une ville en construction, alors qu'un enfant pleure...Je crois que je ne te pardonnerai jamais.

Retour au nœud sous l'écorce, à l'essentiel : L'absence. Celle qui part le vide fait de nous des
hommes ; ou des chiens
La frontière est si mince...
Un soir, dans l'impasse qui porte ton nom, j'ai accepté le fait de n'être qu'un animal.
De n'engendrer à l'infini que d'autres animaux, tous pendus à ton sein
comme l’œil à la plus proche étoile.

Chevrotine.

On ne tue pas les étoiles
Elles sont déjà mortes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Commentaire